Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Micmacs à Tire-Larigot



Article rédigé par le 16/10/2011
Lu 1020 fois




Micmacs à Tire-Larigot
Une mine qui explose au cœur du désert marocain et, des années plus tard, une balle perdue qui vient se loger dans son cerveau... Bazil n’a pas beaucoup de chance avec les armes. La première l’a rendu orphelin, la deuxième peut le faire mourir subitement à tout instant.

A sa sortie de l’hôpital, Bazil se retrouve à la rue. Par chance, ce doux rêveur, à l’inspiration débordante, est recueilli par une bande de truculents chiffonniers aux aspirations et aux talents aussi divers qu’inattendus, vivant dans une véritable caverne d'Ali-Baba : Remington (Omar Sy), Calculette (Marie-julie Baup), Fracasse (Dominique Pinon), Placard (Jean-pierre Marielle), la Môme Caoutchouc (Julie Ferrier), Petit Pierre (Michel Crémades) et Tambouille (Yolande Moreau).

Un jour, en passant devant deux bâtiments imposants, Bazil reconnaît le sigle des deux fabricants d’armes (
André Dussollier et Nicolas Marie) qui ont causé ses malheurs. Aidé par sa bande d’hurluberlus, il décide de se venger.

Seuls contre tous, petits malins contre grands industriels cyniques, nos chiffonniers rejouent, avec une imagination et une fantaisie dignes de Bibi Fricotin et de Buster Keaton, le combat de David et Goliath...

Critique du film

Dany Boon est actuellement au sommet du cinéma français. Il suffit que son nom apparaisse à l'affiche d'un film et il attire automatiquement l'attention. Ici, il est secondé par une belle brochette de partenaires qui, s'ils ne sont pas de stars, sont des acteurs confirmés reconnus par la critique. Et tous sont à la hauteur, y compris les moins connus. Ils servent à merveille un scénario totalement délirant, avec une intrigue un peu prévisible mais qui réserve quand même son lot de belles surprises. Mais la grande qualité du film tien à son ambiance typiquement "jean-pierre jeunesque". On reconnait aisément la patte du réalisateur : cadrage surréaliste, ambiances magiques, couleurs rehaussées, contrastes forts... Si vous avez aimé Amélie Poulain, vous aimerez Micmacs à Tire-Larigot.

Je terminerai cette critique par un questionnement. J'ai vu ce film et j'ai lu le Miroir de Cassandre (Werber) en l'espace d'un mois. Et force est de constater qu'il y a de nombreux points communs. Je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher le plaisir. Mais si vous comparez les deux oeuvres c'est une évidence. Alors les deux auteurs/réalisateurs ont-ils puisé dans des idées qui étaient dans le temps, ont-il une source unique ou l'un a-t-il eu vent des projets de l'autre ? Je ne fais aucun procès, aucun reproche, je me pose juste la question.


Maestro *
A bord du Galion, j'occupe la fonction de naturaliste. J'observe, j'analyse et quand mes petits... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.

Murmures sous les voiles...





cookieassistant.com