Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Les Fontaines du Paradis



Article rédigé par le 15/11/2011
Lu 531 fois



Livre d'Arthur C. Clarke, reprise de l'idée de l'ascenseur spatial, imaginé par Constantin Tsiolkovski en 1895 , puis développé par l'ingénieur Iouri Artsoutanov en 1960


Les Fontaines du Paradis
Imaginez une station orbitale reliée à la Terre par un réseau de câbles, le long desquels un Transporteur spatial permettrait, tel un ascenseur, d'envoyer sans risque et à moindre coût hommes et matériel dans l'espace. Une telle invention serait à coup sûr le véritable départ de la civilisation spatiale. En 2142, Vannevar Morgan, un ingénieur de génie à qui l'on doit déjà le pont reliant l'Europe à l'Afrique, s'attelle au projet. Mais bien vite il se heurte à un épineux problème : le seul lieu d'implantation possible pour le Transporteur se trouve au sommet d'une montagne sacrée où des moines prient depuis des millénaires. Qui de la science conquérante ou de la foi inébranlable l'emportera ?

Fiche de lecture

Ce roman permet à Arthur C. Clarke de développer quelques thèmes bien connus de ses lecteurs : la description minutieuse d'artefacts ou de technologies futuristes, l'affrontement avec l'obscurantisme religieux, l'irruption d'extra terrestres comme moteur de l'évolution humaine, mais tout en s'en tenant à un vocabulaire simple (c'est-à-dire que ce n'est pas de la hard science).

Clarke peut se targuer d'être le «concepteur» de l'ascenseur spatial, une idée qui sera reprise par plusieurs auteurs connus, dont par exemple Kim Stanley Robinson dans sa trilogie Martienne (Mars la Rouge, Mars la Verte, Mars la Bleue).

Ce roman raconte la conduite d'un projet spatial, avec ses aléas. Et là, je dois avouer que ça tire vraiment en longueur, même si c'est intéressant. C'est seulement à partir du 38ème chapitre (sur 57) que l'action commence vraiment et que ça devient palpitant. Les 20 derniers chapitres, je les ai dévorés !

A noter : la traduction par R. C. Wagner est excellente. Dommage pour le petit bug de la page 217 qui rend la deuxième phrase incompréhensible.

En fait, en lisant le résumé du livre, je m'attendais à plus d'aventures autour du Transporteur, plutôt qu'autour du projet lui-même. Malgré tout, c'est un roman que je recommande aux amateurs de livres de SF, en espérant qu'il vous fera rêver...


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.

Murmures sous les voiles...





cookieassistant.com