Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Le Bazar des mauvais Rêves

Recueil de nouvelles



Article rédigé par le 30/10/2016
Lu 965 fois


TAGS : Stephen King


« J’ai écrit ces nouvelles rien que pour vous. Mais attention ! Les meilleures ont des dents… » (Stephen King)

Un homme qui revit sans cesse sa vie (et ses erreurs), un journaliste qui provoque la mort de ceux dont il prépare la nécrologie, une voiture qui dévore les badauds…

20 nouvelles pour la plupart inédites, précédées chacune d’une introduction du maître sur les coulisses de leur écriture.

Présentation du recueil de nouvelles

10 jours, oui, 10 jours que je suis sur ce satané bouquin et sur les chroniques, ce sont elles, qui sont les plus longues à faire, enfin terminé...^-^

ATTENTION, j'ai beaucoup détaillé (avec plus d'infos sur chaque nouvelle), donc SPOILERS !! A lire pour ceux qui l'ont lu, sinon quant aux autres vous faites ce que vous voulez, ou cela vous donnera une idée...

Voilà le dernier livre du Maître sorti ce 13 octobre, avec plein de petites histoires comme on peut les apprécier, qui ont été écrites sur la dernière décennie et toutes réunies dans ce livre. A quand remonte le dernier recueil ? C'était il y a 4 ans avec « Nuit noire, étoiles mortes » en 2012 (pour la version française) ... 4 années, cela passe vite !

Depuis que je connais Stephen King, au cours de ces années à le suivre, j'ai vu ses nouvelles tout au long de leurs publications et voilà que je les retrouve là, toutes ensembles dans ce nouveau recueil de 20 nouvelles !

C'est bientôt Halloween, malgré la fin du mois qui approche à grands pas, l'auteur nous donne de quoi frissonner avant l'heure fatidique des sorcières.

Chut ! Ecoutez ! Oui écoutez ce silence dès la prise en main de ce livre, tout reste en suspens, le tic-tac de l'horloge ne se fait plus entendre, même notre respiration ralentit, plus de bruit... plus rien... nous faisons abstraction de tout bruit, pour nous glisser dans l'ambiance du Maître.

Il y a toujours ce grand plaisir de s'y mettre dedans, même si les histoires sont courtes (cela change des romans), certaines peuvent nous plonger dans l'horreur absolue.

Comment faire une chronique sur un recueil ? Un roman pas de soucis, c'est une histoire, là il y a plein d'histoires ! Allez, obligé de faire nouvelles par nouvelles...^-^ Comme je ne voulais pas me mélanger les pinceaux, j'ai fait cette chronique soir après soir...

Ci-dessous, j'ai fait un petit montage où on peut trouver les nouvelles qui ont été éditées dans les différentes publications américaines et françaises :

Fiches de lectures des nouvelles

Mile 81 (54 pages)
 
Au 81e mile de l'Interstate 95, il y a une aire de repos fermée au public où les lycéens boivent de l'alcool et s'attirent des ennuis. Pete Simmons, âgé de dix ans, s'éloigne de son grand frère censé le surveiller et trouve une bouteille de vodka et des magazines pornographiques. Il boit suffisamment pour tomber dans un sommeil éthylique. Une voiture couverte de boue arrive dans l'aire de repos, renversant au passage les signalisations indiquant sa fermeture, mais personne n'en sort lorsque sa portière s'ouvre...
 
Cette nouvelle a été éditée à l'origine en e-book le 1er septembre 2011. Comme je n'ai pas de liseuse, j'avais réussi à l'époque à me la trouver en audio-book, car inédite en France. La voici qui intègre 5 ans plus tard le recueil de nouvelles.
 
J'aime beaucoup cette histoire d'horreur, oui d'horreur (il y a les petits détails très explicites et croustillants), une voiture qui dévore toute personne qui l'effleure (désolé pour le spoiler !), un petit gars qui s'essaye à l'alcool, dont le réveil après la cuite va être surprenant et décisif. C'est la troisième histoire où le sujet principal est une voiture. Celle-ci en revanche, ne viendrait-elle pas d'un autre monde ? Par contre, vous, cher lecteur, seriez-vous un bon samaritain si vous voyiez une voiture arrêtée avec une porte ouverte sur une aire d'autoroute abandonnée ? (Note : 5/5)

Premium Harmony (13 pages)

Août, en route vers un magasin pour des semences de gazon, Ray et Mary Burkett, avec leur chien Biznezz, débattent sur l'état de leur pelouse, du tabagisme de Ray et de l'obésité de Mary. Mary exige de s'arrêter en chemin dans un Bazar pour acheter un ballon violet pour l'anniversaire de sa nièce. Elle meurt d'une crise cardiaque, Ray est interpellé dans la voiture par une employée du magasin. Les secours arrivent mais trop tard et amène le corps de Mary. Deux heures sont passées, dans la fournaise de la voiture, Ray a totalement oublié le chien et celui-ci est mort d'hyperthermie sur la banquette arrière. Le voici qui part d'un fou rire et ne sait quoi penser...
 
C'est une nouvelle très courte, pas plus de 3700 mots. Elle a été publiée pour la première fois au mois de novembre 2009 (le 9) dans le magazine « US The New Yorker ». Inédite en France depuis 7 ans, la voici qui rejoint le recueil de nouvelles.
 
Pas mal comme histoire, un couple qui se chamaille sur les aléas de la vie, lui fume trop, elle, elle mange entre les repas. Quand l'histoire se termine, Ray pense d'un seul coup, n'ayant plus personne pour le surveiller, qu'il pourra fumer de tout son saoul à n'importe quel endroit et où il veut... C'est l'histoire d'un homme égocentrique. Une histoire sans plus malgré qu'elle soit de King. (Note : 3,5/5)

Batman et Robin ont un accrochage (16 pages)

Une fois par semaine depuis trois ans, Sanderson emmène son père atteint de la maladie d'Alzheimer dîner dans un Applebee's où ils ont toujours la même conversation. La santé mentale de son père baisse de plus en plus, il confond ainsi ses deux fils dont l'un est décédé il y a des années. Le seul souvenir dont il se rappelle, c'est celui d'un jour d'Halloween où le père et le fils étaient déguisés en Batman et Robin. Mais ce dîner-là va être différent, surtout lors du retour vers la maison de retraite...
 
Cette nouvelle est apparue dans le numéro du mois de septembre 2012 dans le magazine « US Harper's ». Inédite en France depuis, la voici dans ce recueil 4 ans plus tard (concernant cette version française !).
 
J'ai bien aimé cette histoire d'une relation entre un fils et son père malade avec des éclairs de lucidité, qui pourrait un de ces quatre, changer le cours de l'histoire... (Note : 4,5/5)

La Dune (16 pages)
 
L'histoire se situe en Floride, et se concentre sur la retraite du juge de la Cour Suprême de Floride nommé Harvey Beecher, et pour son obsession permanente pour une mystérieuse dune de sable sur une île sans nom, à une courte distance de la côte du Golfe de la propriété de sa famille. Pour une raison obscure, quand il était enfant, en débarquant sur l'île à la recherche d'un soi-disant trésor enterré, il aperçoit des noms de personnes qui vont mourir dans un mois. Ils sont écrits dans le sable, par qui ? Mystère ! L'intrigue principale se concentre sur une visite de l'avocat de Beecher à Anthony Wayland, avec qui Beecher veut terminer ses dernières volontés. Lors de l'élaboration du document, Beecher raconte sa récente visite à la dune et raconte les souvenirs sombres de ses expériences avec elle. Le nom que Beecher a trouvé écrit donne une raison pour laquelle il veut maintenant que ses volontés soient terminées rapidement. Mais ce n'est pas son propre nom que Beecher a vu, comme le pense d'abord Wayland. Quel est ce nom qu'a vu le Juge ?
 
Cette nouvelle est apparue en novembre 2011 dans le no 117 de la revue « US littéraire Granta ». Inédite en France depuis, on la retrouve dans ce recueil de nouvelles.
 
J'aime beaucoup comment King raconte cette histoire, et avec le suspense qu'il peut y avoir à la fin, on pourrait deviner le nom. Mais est-ce vraiment celui-ci ? Une dune qui donne le nom de ceux qui vont mourir bientôt... A la prochaine visite, est-ce votre nom, lecteurs, qui sera inscrit sur le sable…? (Note : 4,75/5)

Sale Gosse (44 pages)

L'avocat Leonard Bradley rend visite à son client, George Hallas, comptable, condamné à mort par injection létale pour avoir assassiné un jeune garçon. Hallas va être exécuté le lendemain matin. Il raconte à son avocat le mobile de son crime pour la première fois. Il va parler du « sale gosse », un garçon de six/sept ans plutôt grassouillet avec les cheveux roux, les yeux verts et un bonnet à rayures avec une hélice dessus, et qui a fait de sa vie un enfer vivant pendant des années...
 
Cette nouvelle est parue en France et en Allemagne en livre numérique le 14 mars 2014, pour remercier les fans de l'accueil chaleureux dont l'auteur a bénéficié lors de son séjour dans ces deux pays. Pour les USA et le Royaume Unis, ils ont dû attendre la sortie de ce recueil le 3 novembre 2015 pour en goûter la saveur...
 
Cette nouvelle est excellente, vu la narration du condamné à mort. Nous avons presque tous connu un gamin moqueur quand nous étions jeunes. L'affaire était vite réglée à l'époque : une tarte dans la gueule et c'était fini. Mais là ! Difficile de l'attraper, et il apparaît à différentes parties de la vie de Hallas. A-t-il trouvé la bonne solution pour s'en défaire, quitte peut-être à mourir lui-même ? Merci Mr King pour ce cadeau à l'époque, pour nous avoir remerciés. (Note : 5/5) 

Une mort (16 pages)
 
Située dans le territoire du Dakota, dans les Black Hills en 1889, l'histoire décrit l'arrestation, le procès et la condamnation de Jim Trusdale, le fils d'un éleveur simple d'esprit, pour un crime qu'il ne peut pas avoir commis...
 
Cette nouvelle est parue tout d'abord le 9 mars 2015 dans le magazine « US The New Yorker » et a été incluse par la suite dans ce recueil.
 
Dans son introduction à cette nouvelle, King pense qu'il aurait été quelque peu inspiré par « The Hair of Harolds Roux » (Les cheveux de Harold Roux), un roman de Thomas Williams (1975), que King décrit comme le meilleur livre jamais écrit.
 
Histoire excellente. A trop jouer les idiots du village, on se retrouve coincé à son propre jeu, jusqu'au jour où... Pour une fois, cette nouvelle de Stephen King se passe à la fin du XIXème siècle. Un shérif croit que Jim Trusdale est innocent jusqu'au bout, mais celui-ci a bien caché son jeu. Le suspense de cette histoire dure jusqu’à la fin... (Note : 4,5/5) 

Eglise d'ossements (8 pages)

C'est un poème narratif qui a été publié en novembre 2009 dans Playboy (celui américain, je précise !) et illustré par Phil Hale. Le voici ici dans ce recueil... Je passe vite fait, car malgré le style narratif de l'auteur, celle-ci ne m'a pas attirée. Peut-être le style d'écriture, en bref pas fan de poésie... même si elle est de King le poète. (Note : 2/5)
 
Morale (34 pages)
 
Chad et Nora Callahan sont un jeune couple qui souffrent de difficultés financières provoquées par le manque d'emplois et des emplois peu rémunérés. Nora est infirmière et travaille pour le révérend George Winston, paralysé des membres inférieurs. Un jour, le révérend fait à Nora une offre qui pourrait résoudre les problèmes financiers du couple mais lui cause un dilemme moral…
 
Cette nouvelle a été éditée dans le magazine « US Esquire » de juillet 2009 et aurait été incluse en bonus dans le petit roman « Blockade Billy » lors d'une réédition. Maintenant elle est là, dans ce recueil...
 
Cette petite histoire est restée sans plus pour moi. Elle est inspirée de la jeunesse de Stephen King quand il était dans sa période de vache maigre. L'histoire commence bien, mais ce que propose le révérend à la retraite pour de l'argent - car il veut pécher par procuration et cela devient un dilemme pour le couple - part à la fin dans le sadomasochisme, et non, pas pour moi... ;-) (Note : 3/5) 

Après-vie (14 pages)

William Andrews, un investisseur boursier, meurt d'un cancer du côlon et se retrouve dans une vision bureaucratique de l'au-delà. Là, il rencontre un intervenant spirituel qui lui offre un choix difficile, apparemment avec la connaissance qu'il a déjà fait ce choix de nombreuses fois avant en optant toujours pour la porte de gauche, celle de tout recommencer avec les mêmes erreurs sans pouvoir avoir une chance de modifier les événements de sa vie...
 
Cette histoire courte a été publiée dans un magazine littéraire américain « Tin House » en juin 2013. Stephen King lira l'histoire à haute voix pour un événement de charité pour amasser des fonds pour des bourses d'études à l'Université du Massachusetts Lowell (UMass Lowell) le 7 Décembre 2012. Elle vient compléter ce recueil...
 
Excellente histoire, un éternel recommencement de sa propre et même vie, avec toujours les mêmes erreurs à chaque fois, et pourquoi choisir toujours cette même facilité. Cette histoire, malgré qu'elle soit une fiction, fait référence à deux périodes réelles : la crise financière de 2007/2008 et l'incendie meurtrier du Triangle Shirtwaist Factory Fire en mars 1911. (Note : 4,75/5)
 
UR (71 pages)

Je remets le résumé de l'époque où j'avais acheté le livre audio :
 
Wesley Smith, un professeur d'anglais dans une université du Kentucky, décide de se mettre à jour et d'acheter un Kindle. Suite à une légère erreur lors de la saisie de sa carte de crédit, il reçoit un Kindle rose (bien que les Kindle ne soient que blancs). Il finira par se rendre compte que ce Kindle était en fait destiné à un autre Wesley Smith, d'un univers parallèle.
 
Le Kindle de Smith possède une fonction spécifique, intitulée « UR », qui peut rechercher au sein des données de plusieurs univers. Smith découvre ainsi 4 « nouveaux » livres par Ernest Hemingway, livres qu'il a écrit dans une autre dimension dans laquelle Ernest a vécu 3 années de plus. Wesley découvre également une autre fonction au sujet des journaux publiés dans un monde parallèle.
 
Smith raconte ça à propos du Kindle à un ami et à un étudiant. Les trois tentent de se connecter à un journal à partir d'une réalité alternative, mais ils découvrent avec horreur qu'il n'y a pas de journaux qui sont publiés ce jour-là. Ils apprennent que, dans la réalité alternative, le monde a pris fin lorsque la crise des missiles de Cuba a dégénéré en une guerre nucléaire.
 
Avec l'utilisation de la fonction UR de son Kindle, Smith découvre également qu'un autobus rempli de jeunes joueuses de basket et leur coach seront tués dans un accident de la route par un conducteur ivre dans moins de trois jours. Il cherche à traquer ce conducteur dangereux pour l'empêcher de tuer les joueuses. Il réussit, bien qu'il réalise que nul autre que ses deux amis le savent.
 
Toutefois, il a tort. Quand il revient de son succès, il constate que des hommes en manteau long jaune l'attentent, prêts à le punir pour avoir utilisé la fonction interdite du Kindle. Il fait valoir que peut-être ce changement devait se produire - comment aurait-il pu obtenu le Kindle autrement ? Son argument ne plaît pas pleinement aux hommes en jaune. Mais ils sentent que le mieux est simplement de garder le silence pour que cela ne se reproduise plus en prenant le Kindle, laissant Wesley seul pour réfléchir à l'énormité d'un monde qu'il croyait comprendre mais en savourant une victoire...
 
Ce petit roman, une des plus longues nouvelles de ce recueil, a été écrit exclusivement pour le Kindle de la plate-forme d'Amazon et pouvait être téléchargé à partir du 12 février 2009. Comme je n'avais pas de liseuse à l'époque (comme maintenant !), je l'avais trouvé en livre audio. Celui-ci est sorti le 16 février 2010, a été édité par Simon & Schuster Audio et lu par Holter Graham. La nouvelle a ensuite été intégrée au recueil dans une version largement révisée.
 
Quel plaisir de lire cette petite histoire avec des informations venant de monde parallèle ! Du coup, non je n'achèterai toujours pas de liseuse et resterai avec mes bouquins ! On ne sait pas sur quoi on pourrait tomber en achetant ce petit écran...^-^ Du pur plaisir. (Note : 5/5)

Herman Wouk est toujours en vie (22 pages)
 
Brenda et Jasmine, deux amies d'enfance, partent en voyage avec leurs sept enfants vers leur ville natale dans un van Express de chez Chevrolet loué par Brenda après avoir gagné 2700 $ à la loterie. Phil Henreid et Pauline Enslin, deux poètes âgés en route pour faire une lecture publique, se sont arrêtés pour faire un pique-nique sur une aire d'autoroute. Leurs routes vont se croiser de façon imprévue…
 
C'est une histoire courte de 6500 mots environ, publiée pour la première fois dans le magazine « US The Atlantic » de mai 2011. Elle a été incluse depuis dans ce recueil.
 
On aime bien à chaque chapitre le passage entre les deux amies et les vieux poètes, avec ce regard surpris et puis effrayé qu'ont ceux-ci en regardant ce fameux van arrivé. J'ai bien aimé cette lecture malgré une fin assez triste. (Note : 4/5)
 
A la dure (19 pages)
 
Brad Franklin se réveille à la suite d'un cauchemar. Sa femme, Ellen, dort à côté de lui dans son lit ; elle ne se sent pas bien après un récent épisode de la bronchite. Brad prend Lady, leur chienne, pour la promenade matinale. Quand il quitte le bâtiment, il apprend du portier que des exterminateurs vont venir dans l'après-midi pour vérifier une odeur nauséabonde, car ils soupçonneraient l'existence d'un rat mort dans un appartement voisin. Après avoir ramené Lady de la promenade à son appartement, il laisse une note à sa femme endormie. Brad part pour son travail à son agence de publicité, laissant Ellen encore endormie dans son lit...
 
Cette nouvelle a été un bonus qui a été rajouté lors de la réédition en format poche du recueil « Nuit noire, étoiles mortes » version américaine lors de sa sortie le 24 mai 2011. Nous avons eu ce même plaisir en France, lors de la sortie de l'édition du livre de poche, de retrouver cette nouvelle le 12 mars 2014 (avec en plus une erreur d'édition, mais ça c'est une autre histoire...). La voici incluse dans ce recueil.
 
Excellente histoire. Je l'avais lu à l'époque lors de l'achat de l'édition format poche du recueil « Nuit noire, étoiles mortes ». Je l'avais bien aimé, pareil ici pour cette deuxième relecture.
Pauvre gars, malgré que ses sinus soit complètement HS, il vit et dort à côté de sa femme morte depuis au moins une semaine (vu l'odeur qui commence à régner dans l'immeuble) et fait ses journées de travail comme si de rien n'était. Un véritable déni ou alors un amour très fort envers elle, ou la peur d'être séparé d'elle... (Note : 5/5)
 
Billy Barrage (48 pages)
 
Un vieil homme dans une maison de retraite, George « Granny » Grantham, narre l'histoire à Stephen King. Celui-ci raconte la saison de 1957 quand il était le troisième entraîneur de base pour une équipe défunte de la MLB, les Titans du New Jersey. Quand l'équipe perd deux receveurs à quelques jours avant le début de la saison, ils sont obligés de demander à un joueur de ligue mineure de faire un remplacement de dernière minute. Le remplaçant se révèle être un jeune homme nommé William « Blockade Billy » Blakely. Il semble être un faible d'esprit. Il se révèlera être un joueur phénoménal. Mais… qui est-il réellement ?
 
Cette nouvelle est sortie en mini roman relié illustré chez « Cemetery Dance Publications » le 20 avril 2010 (que je possède) de façon à coïncider avec l'ouverture de la saison 2010 de la MLB (Major League Baseball). Il est sorti en audio book le 25 mai 2010 par Simon & Schuster. Lors de la réédition du livre, a été rajoutée la nouvelle « Morale » (voir plus haut). Inédite en France depuis ce jour, la voici enfin en français dans ce recueil. Pour info, Stephen King a mis deux semaines pour écrire cette nouvelle
 
Il est rare de trouver des romans de Stephen King concernant directement son sport favori, le baseball. A vrai dire, il y en a deux : cette nouvelle, et « Faithful » avec Steward O'Nan concernant la saison 2004 des Red Sox (mais ceci est une autre histoire...). De plus, il se met en scène dans cette nouvelle en tant que reporter.
 
Une histoire excellente, celle d'un simple d'esprit orphelin, excellent joueur de baseball, mais avec un passé très très douteux... J'adore, même si les termes concernant le baseball sont un peu durs à comprendre. (Note : 5/5)
 
Mister Yummy (20 pages)
 
Ollie Franklin, pensionnaire d'une maison de retraite et qui sent la mort approcher, raconte à son ami Dave Calhoun ses expériences d'homme gay en Amérique, la perte de ses amis avec l'épidémie du SIDA dans les années 80, ainsi que sa rencontre une seule fois dans un club de danse à New York d'un jeune garçon que lui et sa clique d'amis ont appelé « Monsieur yummy ». Bien qu'il ne le revît jamais en personne, il l'a récemment revu comme une sorte d'avatar annonçant sa mort prochaine, se rapprochant chaque fois, des raisons que tous les gens voient différents avatars lorsqu'on se rapproche de la mort. Dave au premier coup ne le croit pas, lui dit qu'il est tout juste sénile et qu'il perd son emprise sur la réalité, jusqu'à ce qu'il meure effectivement, quelques jours seulement après avoir vu Monsieur Yummy. A la fin de l'histoire, Dave commence à voir aussi son propre avatar de la mort dans un restaurant en déjeunant avec son fils, en une jeune et jolie fille rousse qu'il avait vu après la Seconde Guerre mondiale et qui sortait de la camionnette de son petit ami qui l'avait excité sexuellement à l'époque…
 
Nouvelle inédite écrite spécialement pour ce recueil. Excellente histoire, est-ce que chacun d'entre nous avons un avatar pour nous dire que nous allons partir bientôt ? Pensez-y ! Même si quelqu'un vous le raconte, croyez-le...^-^
 
J'ai bien aimé comment Ollie raconte sa vie homosexuelle entre les années 50 à 80 à son ami Dave et la rencontre de son futur avatar qui, à force d'apparitions, sait qu'il va bientôt mourir. (Note : 4,5/5)

Tommy (5 pages)
 
Ce poème confessionnel est en vers libre et les références culturelles sont données dans l'argot des années 60, une décennie qui englobait toute l'adolescence de King. Il décrit l'enterrement unique d'un jeune homme, un hippie qui est mort de la leucémie. Les thèmes du poème, sont les effets inévitables de l'âge et de la mortalité.
 
C'est un poème narratif qui a été publié dans le Playboy de mars 2010, il a été inclus dans ce recueil. Pareil que pour l’autre poème, je n'ai pas adhéré. Même court, je n'ai pas réussi à m'y plonger dedans. J'aime beaucoup le romancier, l'acteur, le chanteur, le scénariste, le réalisateur (d'un seul film), mais je bloque décidément sur le poète... (Note : 2/5)
 
Le Petit Dieu vert de l'agonie (31 pages)
 
Katherine « Kat » MacDonald est une infirmière qui s’occupe d’un client très riche, Andrew Newsome. Elle est convaincue qu’il surmonterait ses douleurs persistantes, séquelles provenant d’un accident d’avion, mais il ne veut pas souffrir pour guérir. En désespoir de cause, Newsome a embauché un guérisseur, le Révérend Rideout, qui promet « d’expulser » sa douleur de son corps…
 
C'est une nouvelle qui est parue dans un livre d'anthologie « A book of Horrors » édité par Stephen Jones le 1er septembre 2011. A partir du 15 octobre 2012, une e-BD en est sortie avec une planche, le lundi, le mercredi et le vendredi et pendant 8 semaines. Elle a été adaptée par le célèbre dessinateur de comics Dennis Calero (co-créateur de X-Men Noir et Devil Inside). La voici enfin en français, incluse dans ce recueil de nouvelles.
 
Quand King a écrit cette nouvelle, l'inspiration de celle-ci lui vient par rapport à l'accident qu'il a eu en 1999, quand une fourgonnette l'avait fauché, et il se rappelle des douleurs qu'il a eu pendant sa convalescence et bien après...
 
Elle est excellente cette histoire, très prenante, avec un suspense qui va jusqu'à la fin. Le combat entre la médecine légale et la croyance… La douleur qui est-elle ? Elle vient de nous, ou alors est-ce un envoûtement ? Faut-il l'exorciser ? Dans l'histoire, d'un côté une infirmière diplômée d'état qui connaît son métier et de l'autre un exorciste qui peut faire sortir la douleur. Qui des deux pourra mieux soigner le millionnaire ? A lire pour savoir… (Note : 5/5)
 
Ce bus est un autre monde (10 pages)
 
L'histoire principale suit un homme nommé Wilson, qui a récemment voyagé en avion jusqu'à New York pour une réunion d'affaires importante. Il décide de prendre un taxi. Celui-ci est pris dans un embouteillage. Dans le bus qui est juste à côté, il voit une belle femme lisant un magazine, assise à côté d'un homme. Celui-ci fouille dans sa serviette noire, prend un fouloir noir pour le renifler et égorge la femme, puis lui met le foulard pour endiguer le sang tout en souriant à Wilson par la fenêtre. Wilson se pose la question si oui ou non il doit appeler la police, est-ce un gag ? L'homme a-t-il été maîtrisé ? Wilson décide de finir la route à pied, lui permettant peut-être une tranquillité d'esprit...
 
Cette petite histoire a été publiée dans le magazine « Esquire » d'août 2014. En France, nous l'avons eu en avant-première dans le magazine littéraire « LIRE » d'octobre 2016, paru fin septembre 2016. Cette nouvelle rejoint les autres dans ce recueil.
 
Petite histoire sympa, pour aussi une deuxième relecture. Elle lui a été inspirée, comme il le dit lui-même, par son séjour à Paris.
 
Il peut se passer beaucoup de chose quand nous regardons en dehors de notre univers motorisé (soit voiture ou bus), mais la plupart du temps nous sommes coincés si on voit quelque chose qui nous chagrine... (Note : 4/5)
 
Nécro (46 pages)
 
Michael « Mike » Anderson, journaliste débutant, obtient un emploi dans un site satirique appelé Neon Circus, où il est en charge de la colonne « dire du mal des morts », qui consiste à écrire des nécrologies antipathiques sur des célébrités récemment décédées. Quand un jour, son patron, Jeroma Whitfeld, refuse de lui donner une augmentation, Mike quitte le bureau et écrit une nécro scabreuse à son sujet pour évacuer sa rage. Plus tard ce jour-là, sa collègue Katie Curran l'appelle pour l’informer que Jeroma Whitfeld est décédé suite à un étouffement. Il en écrit une autre sur un tueur pour voir si c'est une coïncidence et cela fait pareil ! Mettant au courant sa collègue, il s'essaye avec une troisième personne et celle-ci meurt aussi. Le problème, Katie va s'apercevoir, c’est qu'il y a des dommages collatéraux...
 
Comme « Mister Yummy », cette nouvelle est inédite, c'est sa première édition dans ce recueil. La nouvelle a remporté le prix Edgar-Allan-Poe de la meilleure nouvelle 2016.
 
Rhaa ! Un pur plaisir de lire cette histoire, j'adore. Ce pouvoir de décharger sa haine sur quelqu'un par écrit en faisant sa pseudo nécrologie et ban ! Couic ! Plus personne... J'ai toujours pensé que Stephen King était à son top niveau quand il écrit des nouvelles ou des histoires courtes. Celle-ci en est un des exemples, elle aurait pu être présentée anonymement et on aurait dit : « Tiens, c'est du King tout craché... ».
 
Si nous avions ce pouvoir de faire disparaître les mauvaises personnes par écrit, que ferions-nous sachant qu'il risque d'y avoir d'autres problèmes qui peuvent se rajouter ? A lire ! (Note : 5/5)
 
Feux d'artifice imbibés (36 pages)
 
Un natif de l’état du Maine raconte au commissariat comment un feu d’artifice familial annuel s’est transformé en une compétition annuelle, en une rivalité avec son voisin se trouvant de l’autre côté du lac, provoquant une spirale infernale…
 
Cette nouvelle inédite est sortie en avant-première aux USA (quelques mois avant le recueil) seulement en livre-audio le 30 juin 2015 aux éditions Simon & Schuster Audio. Et la voici en version écrite dans ce recueil.
 
J'adore cette histoire, c'est comme le jeu « c'est à celui qui a la plus longue ou la plus grosse », quoique qu'ici, c'est à celui qui fera le plus gros feu d'artifice, un concours qui augmente chaque année jusqu'au jour où cela dégénère... J'aime beaucoup la narration, car l'accusé explique de A à Z comment cette rivalité amicale est partie en vrille, attirant dans les deux dernières années des badauds qui ont eu vent de ce petit concours... (Note : 4/5)
 
Petite info : Il est très possible que James Franco (voir son rôle dans 22/11/63) jouera le premier rôle de l’adaptation en film de la nouvelle. Selon Deadline Hollywood, le film sera produit par les sociétés Rabbit Bandini Production (appartenant à l’acteur) et Rubicon Entertainment. Pas de réalisateur annoncé, mais le script est en cours d’écriture par Matt Rager. Franco et son partenaire de Rabbit Bandini, Vince Jolivette, produiront aux côtés de Doug McKay, Robert Kaplan, Marc Senter et Nathan Grubbs de Rubicon Entertainment.
 
Le tonnerre en été (18 pages)
 
Une guerre nucléaire a dévasté le monde. Un homme nommé Peter Robinson est l'une des rares personnes encore en vie, vivant de la grande quantité de nourriture que lui et sa femme avaient en stock. Sa femme et sa fille sont mortes à Boston quand la guerre a commencé. Il a recueilli un chien gris qu'il a surnommé Gandalf. Robinson rend visite à un autre rescapé, un vieil homme qui s'appelle Timlin. Bien que leur région ait été épargnée par la destruction immédiate provoquée par les armes nucléaires, tous deux savent que c'est une question de temps avant de mourir dans d'affreuses souffrances...
 
Cette histoire courte est parue dans un livre d'anthologie « Turn Down The Light » le 31 décembre 2013. C'est la dernière nouvelle incluse dans ce recueil.
 
Une histoire triste, avec une fin triste aussi, une histoire que j'ai sans plus pris de plaisir à lire (je n'aime pas les histoires tristes !). Dommage pour une fin de bouquin, j'aurais voulu que la dernière nouvelle finisse le bouquin en apothéose...
 
Il y a eu une guerre mondiale, plus rien ne reste, tout est mort sauf deux rescapés qui savent que c'est une question de temps avant d'avoir les symptômes mortels d'une irradiation. Chaque personnage va choisir sa façon de mourir sans souffrir... (Note : 3,5/5)

Sources

Montage illustrations : @Jean-Luc Fradin


Jean-Luc Fradin
Fin 2015, avec mon petit vaisseau, j'ai débarqué sur le Galion et j'ai eu une petite place dans la... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Koyolite TSEILA le 30/10/2016 08:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Merci pour cette belle fiche détaillée. Il y a longtemps que je n'ai plus lu du Stephen King (à l'époque, je lisais tous ses romans, jusqu'à ce que je finisse par me tourner à plein temps vers la SF). Cela donne envie de découvrir ce recueil de nouvelles et - en ce qui concerne - de renouer avec son univers et ses écrits.

2.Posté par Jean-Luc FRADIN le 30/10/2016 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LeChineur
De rien Kaptain....par contre, une corde à son arc qu'a King ou je n'arrive pas à accrocher, c'est la poèsie, je bloque dessus, sachant qu'il écris des poèmes depuis l'age de 12 ans....bon! il y a quand même le reste....^^
Cela faisait 4 ans qu'il n'y avait pas eu de recueil (le dernier en avait seulement 4). Pour celui-ci, il a rassemblé toute c...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.

Murmures sous les voiles...





cookieassistant.com