Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+
Rss

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Jurassic Park (4) - Jurassic World



Article rédigé par le 11/06/2015
Lu 831 fois




L'Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d'attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Présentation et critique du film

Vingt-deux ans après la découverte du premier parc, le rêve de John Hammond se réalise enfin et un immense parc aux dinosaures voit alors le jour, en lieu et place du précédent. Cette fois-ci, les moyens de sécurité sont renforcés et de nombreux visiteurs affluent chaque année pour y découvrir des spécimens ramenés à la vie. Mais, ce qui semblait inédit en 1993 est très vite devenu banal pour la plupart du public. Jurassic World se devait donc d’innover afin de continuer à surprendre et faire des entrées.

Périodiquement, une nouvelle espèce est ainsi introduite pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Cependant, pourquoi ne pas aller plus loin et ainsi créer des dinosaures selon ses attentes plutôt que de se limiter à l’ADN que l’on retrouve piégée dans l’ambre ?

Cette question en apparence anodine va ainsi aboutir à la création de l’Indominus Rex, espèce conçue à partir du génome de plusieurs autres. Plus de dents, une taille imposante, des capacités hors du commun, voilà qui devrait occasionner des retombées financières importantes pour le parc. Mais, peut-on vraiment se toiser de maîtriser une créature inconnue et mue par le désir de tuer ? Le nom du parc et l’histoire de la franchise ne devrait guère vous laisser l’ombre d’un doute…

Avant d’entamer cette critique et par honnêteté intellectuelle, je me dois de vous indiquer que j’ai beaucoup apprécié les trois précédents opus et qu’à ce titre je ne considère pas les deux suites que sont les 2 et 3, comme des suites ratées. Ce quatrième film n’a pas dérogé à la règle.

Jurassic World s’inscrit dans la suite directe de la saga et s’offre un retour aux origines. Les références au premier film y sont en effet nombreuses, ce que ne manqueront pas de remarquer les fans aguerris. Certaines sont subtiles, d’autres moins, il y en a donc pour chacun. En outre, on y retrouve tout ce qui a fait le succès de Jurassic Park avec des prises de vue et des effets spéciaux encore plus bluffants qu’il y a 22 ans. Le nouveau parc s’offre un décor à la fois moderne et épuré qui n’est pas sans rappeler nos parcs à thèmes contemporains. Doté des technologies de pointe en matière de communication, l’immersion y est rapide et totale.

Quant au scénario, si celui-ci ne s’écarte pas trop de celui du premier volet, il ouvre néanmoins de nouveaux axes de réflexions notamment sur le plan des applications militaires des dinosaures ressuscités. Le rôle de la génétique y a également une place prépondérante. Notez par ailleurs qu’il est grandement préférable de ne pas avoir suivi toutes les bandes annonces et trailers diffusés au cours de ces derniers mois. Ceux-ci spoilent en effet les trois quarts de l’histoire. Dommage.

Si beaucoup se sont inquiétés des premières images montrant Chris Pratt (alias Owen) en train de dompter des vélociraptors, qu’ils se rassurent, le développement qui en est fait dans le film est cohérent. Mieux encore, il apporte un réel plus à l’histoire d’ensemble sans dénaturer le concept même de Jurassic Park, lequel étant basé sur une opposition humain-dinosaure.

Enfin, on ne manquera pas d’être nostalgique à l’arrivée du thème musical de la saga. C’est par ailleurs, Michael Giacchino qui s’est cette fois-ci occupé de la bande son du film.

En conclusion, la licence Jurassic Park, ne s’est nullement fossilisée avec les années. Alliant renouveau et nostalgie, Jurassic World plaira assurément aux fans inconditionnels du premier opus même si ceux-ci n’ont pas adhéré aux suites. Sans les renier, Jurassic World n’y fait en effet jamais référence. Je vous conseille également d’aller voir le film en 3D tant celle-ci est de bonne qualité et se prête tout particulièrement bien au concept du dinosaure.

Remarque : Il n’y a pas de scène post-générique.


South .
Je suis Valentin, plus connu sur internet sous le pseudonyme de South. Etant tombé dans la BD... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Thierry B. le 12/06/2015 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ThierryB
Voilà, je viens de le voir, et franchement j'ai adoré. Un excellent mélange de nouveautés et de référence aux débuts de la franchise.

2.Posté par . MAESTRO le 27/12/2015 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maestro
Il y a une vingtaine d'années, j'avais adoré Jurassic Park. Les suites, par contre, m'avaient laissé un arrière-goût amer. Trop de spectacle, trop d'action, pas assez de réflexion, pas assez de fond. Evidemment, ma formation de paléontologue (si, si !) fait de moi un spectateur particulier. J'attendais donc Jurassic World de pied ferme. Plusieurs choses m'ont bien plu, une autre me laisse totalement dubitatif.

Premier bon point : le scénario. Loin d'être un reboot, ce film reprend Jurassic Park et l'intègre pour mieux le redémarrer. Il y a une histoire, même si elle est simple. Et surtout, il y a une intrigue avec des personnages parfois ambigus et des rebondissements. J'aurais apprécié qu'on développe plus le personnage du chef du laboratoire. Mais c'est à peu près mon seul reproche à ce niveau.

Deuxième bon point : les décors et les effets spéciaux. Franchement, on s'y croirait. Et on passage, le film égratigne les parcs de loisirs tels que machinland ou parc bidule. J'ai souri en voyant les touristes obèses, les files aux attractions, les jobistes mal formés... Tout ça donne une impression finale de réalisme, plus que le safari du premier film.

Troisième bon point : l'ambiance. Elle est flippante à souhait, avec des décharges d'adrénalines. Il y a du suspense et c'est tout bon.

Par contre, il y a un point négatif : le gros dino tout méchant, le "Dominus Rex". Non mais oh, c'est quoi ce truc !? Alors OK, je veux bien admettre certaines choses scientifiquement crédibles voire probables. Par exemple, si nous voulons reconstituer des dinos un jour, il faudra compléter leur ADN avec celui d'espèces proches, genre des moineaux (sans rigoler !) Mais le coup de l'injection d'ADN de seiche, ça ne passe pas. Si on bricole un génome pour donner à la créature une caractéristique précise, ce sera avec des brins d'ADN précis, dont on connaît les propriétés. Les chances que cela donne un dinosaure avec une peau de caméléon sont, comment dire, inférieures à celles que Steven Spielberg vienne sonner à ma porte pour me demander de jouer dans son prochain film. Je sais que si on s'arrête à ça, il n'y a pas de SF. Mais ça n'empêche pas un peu de cohérence. Rien que le nom, Dominus Rex, les gars ne se sont même pas renseignés sur la nomenclature biologique pour pondre une ânerie pareille ! Donc, autant je suis d'accord avec le coup du dinosaure revisité gourmand croquant qui donne du peps au film, autant je trouve que trop d'épices nuisent à l'équilibre du bouillon (de cultu...

3.Posté par Koyolite TSEILA le 07/02/2016 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
J'ai adoré le premier film, et nettement moins les deux suivants. Mais celui-ci, par contre, est une excellente surprise. J'ai adoré !! Des décors magnifiques (le parc est superbe et les attractions sont carrément dingues), des bêtes effrayantes à souhait et tellement réalistes, un scénario prenant et rythmé, des personnages sympas, de l'humour, mais aussi pas mal de situations où l'adrénaline monte. Bref, ce quatrième opus est une réussite.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***







cookieassistant.com