Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Irwin Allen

1916 - 1991



Article rédigé par le 31/12/2016
Lu 401 fois




Surnommé "The Master of Disaster" (le Maître du Désastre), Irwin Allen est, avant tout, connu par les fans de science-fiction pour de multiples séries télévisées.

Né en 1916 à New York, Irwin Allen a une formation en journalisme et publicité. Suite à la Dépression des années 1930, il déménage en Californie, où il lance successivement un magazine et un programme radio, avant de passer au petit écran avec une émission consacrées aux célébrités.

Cela l'amène tout naturellement au grand écran. Là, il offre aux studios de cinéma des "packages" réunissant scénarios, acteurs et réalisateurs. En 1953, il se met pour la première fois derrière la caméra, pour réaliser "La mer qui nous entoure", un documentaire sur la vie dans les océans, qui sera d'ailleurs récompensé d'un Oscar. Trois ans plus tard, il réalise "The Animal World", un "semi-documentaire" présentant l'évolution de la vie sur notre planète à travers les âges. Une des séquences, en "stop motion", présente des dinosaures. Premier contact d'Allen avec le fantastique et la SF, vu le peu qu'on connaît à l'époque sur ces animaux.

Après avoir produit ou scénarisé plusieurs films plus classiques, Irwin Allen écrit les scénarios, produit et tourne trois films pour la 20th Century Fox au début des années 1960 : "Le Monde perdu", "Le sous-marin de l'Apocalypse" et "Cinq semaines en ballon" (adaptation très libre du roman de Jules Verne). C'est le début d'une longue aventure avec la Fox, pour laquelle Allen réalisera de nombreuses productions.

Mais le studio doit réduire ses budgets après les énormes dépenses occasionnées par des longs-métrages comme "Cléopatre". Qu'à cela ne tienne : Allen se tourne alors vers la télévision. C'est ainsi que le public découvre "Voyage au fond des mers" (1964-1968) sur la chaîne ABC. La série contribue à la réputation de la Fox et d'Allen pour le petit écran. Allen, de plus, sera remarqué pour ses efforts, réussis, pour faire de sérieuses économies, grâce à la récupération de scènes et de matériels utilisés dans "Le sous-main de l'Apocalypse", le film dont la série est tirée, ainsi que des archives de la Fox. 

Viennent ensuite "Lost in space" (1965-1968), version SF de la famille Robinson, sur la CBS, la bien trop brève "The Time Tunnel" (à nouveau sur ABC) et "Land of the Giants" (1968-1970 - ABC), trois séries contant les aventures de naufragés (dans l'espace ou dans le temps). 

Irwin Allen a moins de succès avec ses tentatives suivantes. "City Beneath the Sea" et "Man from the 25th Century" sont deux téléfilms qu'il réalise en tant que pilotes pour de nouvelles séries, mais celles-ci ne verront pas le jour. Mais le premier annonce la nouvelle orientation des productions Allen. En effet, "City Beneath the Sea" (1971) débute par une catastrophe (l'explosion d'une plateforme de forage). L'année suivante, il réalise "L'aventure du Poséidon" et, deux ans plus tard, "La tour infernale", à chaque fois pour la 20th Century Fox. Grâce à ces deux films-catastrophes (les plus gros succès de sa carrière), il devient "The Master of Disaster" (le Maître du Désastre).

Mais un autre désastre se produit alors pour de vrai, avec un changement de direction à la tête de la Fox. Comme le nouveau management annule les trois films-catastrophes qu'il comptait tourner, Allen décide de quitter le studio pour rejoindre la Warner Bros. S'il continue alors dans le genre qui l'a rendu célèbre, cela se limite principalement à des téléfilms-catastrophes, complétés par quelques longs-métrages tels que "L'inévitable catastrophe" et "Le jour de la fin du monde", au succès plus que relatif. "Le jour de la fin du monde" sera d'ailleurs une catastrophe ... financière, annonçant la fin du genre.

L'âge d'or d'Irwin Allen est bien fini, et il sera bientôt dépassé par une nouvelle génération de réalisateurs. C'est ainsi qu'il ne verra pas venir le succès d'un certain George Lucas. En effet, il ne comprendra pas que le public s'enthousiasme pour un film comme "Star Wars",  sans grand nom à l'affiche, ni romance au scénario.

Irwin Allen s'éteindra en novembre 1991, à l'âge de 75 ans.


Thierry B.
A bord du Galion, je remplis les fonctions de Docteur – pas celles de médecin. Non, moi, j’explore,... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.






cookieassistant.com