Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Interview d'Hélène Destrem

Par Koyolite Tseila



Article rédigé par le 25/11/2012
Lu 727 fois




"Quand je tiens mon histoire, je vois tout de suite les personnages principaux et les scènes majeures du récit. J’écris ces scènes, puis d’autres s’enchaînent, les détails surgissent, les personnages prennent du volume, ils m’entraînent dans leur aventure."
Hélène Destrem
Hélène Destrem

Bonjour. Qui êtes-vous ? Présentez-vous svp à nos lecteurs/visiteurs.

Bonjour à tous. Je suis Hélène Destrem, auteur de la nouvelle « L’Ombre du cavalier », publiée en 2009 dans un recueil de nouvelles aux éditions Mille Plumes, et du roman « La légende du futur », publié en avril aux éditions Les 2 Encres. J’écris principalement du fantastique et de la science-fiction, même si mon 2e roman (qui paraîtra bientôt j’espère) est complètement différent.

J’aime varier les genres. Je suis aussi maman et correctrice d’édition. Concilier mon activité d’écriture, ma vie de mère et mes travaux de correction demande une organisation que je n’ai pas toujours, et je dois dire que j’aime cette existence pour le moins « chargée ».

Comment vous viennent les idées pour écrire ?

Mes sources d’inspiration sont assez variées. Elles proviennent de mes lectures, des films, de l’actualité, mais aussi des nombreuses recherches que j’effectue par curiosité et pour satisfaire mon besoin d’apprendre. Si une idée me paraît plus fertile qu’une autre, je vais d’abord vérifier si elle n’a pas déjà été traitée par d’autres auteurs, ou que ce que je souhaite en dire est original et apporte un autre point de vue sur le sujet. Quand je tiens mon histoire, je vois tout de suite les personnages principaux et les scènes majeures du récit. J’écris ces scènes, puis d’autres s’enchaînent, les détails surgissent, les personnages prennent du volume, ils m’entraînent dans leur aventure. Je laisse évoluer librement mon imagination, tout en ayant à l’esprit un plan assez précis, des passages obligés qui me permettent de structurer mon récit.

Comment écrivez-vous ? A quel rythme, dans quel cadre ?

Je n’ai pas de rythme et d’horaires précis. Les contraintes du quotidien m’obligent à vivre avec une certaine frustration : je n’écris pas aussi souvent et aussi longtemps que je le voudrais !

Quand je tiens une scène, il devient urgent que j’écrive. Je préviens mon entourage, et je m’isole pendant une, deux… quatre heures ou plus (mais c’est rare) pour écrire, faire des recherches, écrire encore... Une scène en entraînant une autre et le temps ne s’étirant pas à l’infini, je dois me fixer des limites sinon je ne quitterais plus mon bureau. Encore une fois, je dois structurer mon travail et j’ai bien souvent du mal à me dire : « Maintenant, stop, tu écriras demain ! », pour me consacrer aux activités de la vie quotidienne…

J’écris directement sur l’ordinateur, dans mon petit bureau, entourée par toutes sortes de livres, de documents, de papiers, de notes. J’ai besoin de calme, de solitude, parfois d’un fond sonore en rythme avec la scène sur laquelle je travaille (par exemple, pour « La Légende du futur », j’ai beaucoup écris sur des chansons du groupe Evanescence).

Comment construisez-vous votre histoire, votre récit ?

Comme je l’ai dit plus haut, tout part de plusieurs scènes « phares ». J’écris la trame, les événements marquants et essentiels du récit. J’approfondis ensuite le fond en effectuant des recherches sur le sujet : j’écris du fantastique, de la science-fiction, certes, mais il est important, à mon sens, que les propos se basent sur la réalité, sur les découvertes récentes, sur du concret, sur des décors et des personnalités précis. J’ai envie d’entraîner le lecteur dans une histoire plausible, j’ai envie qu’il ait l’impression de voir évoluer les personnages « comme s’il y était ».

J’écris un premier jet, je retravaille des scènes, j’en supprime, j’en ajoute, sans perdre de vue mon plan ; très important, ce plan, pour que l’histoire ne parte pas dans tous les sens, au risque de se perdre en chemin.

Je ne m’impose pas de date butoir : l’écriture d’un roman peut me prendre des mois, voire des années, cela n’a aucune importance. J’essaie quand même de me fixer une limite, un moment où l’histoire peut-être considérée comme satisfaisante, sinon je passerais mon temps à réécrire, corriger, améliorer…

Autoédition ou éditeur ? Quel est votre avis sur la question ? Que choisir, pour bien débuter ?

Éditeur, sans hésiter. L’autoédition demande un investissement considérable de la part de l’auteur, une énergie et un temps que l’on n’a pas forcément.

Un éditeur offre un appui important à un auteur : corrections, impression du livre, diffusion, accès à différents salons et prix littéraires, etc. Autant de soutiens auxquels un auteur autoédité n’aura pas accès, ou difficilement.

Cela dit, l’autoédition peut être une alternative intéressante si les portes des maisons d’édition restent closes, d’autant qu’Internet offre pas mal de possibilités.

En tant que correctrice, j’émets cependant un autre bémol sur l’autoédition : un auteur ne fera pas toujours appel à un correcteur de métier pour relire et corriger son manuscrit, et je le regrette. Les erreurs de conjugaison, de grammaire, les fautes d’accords, les maladresses, la syntaxe malmenée, tout cela handicape lourdement le texte et l’auteur lui-même… Les logiciels de correction sont loin d’être suffisants dans ce domaine. Donc, avis aux auteurs : si vous tentez l’autoédition, ne négligez pas la phase des corrections.

Avez-vous un conseil particulier à donner à un jeune auteur ou une expérience à partager ?

« Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. »

Écrivez, réécrivez, n’ayez pas peur de modifier, de remodeler votre texte. Puis prenez du recul, quelques jours, quelques mois, avant de revenir sur vos mots avec un œil neuf, et travaillez encore et encore votre récit.

Ensuite, faites-le lire à des personnes « critiques » : j’entends par là des personnes qui ne font pas partie de votre famille, qui porteront sur votre livre un regard objectif (ou des membres de votre famille qui feront preuve d’un bon sens critique). Elles mettront le doigt sur des maladresses, des oublis, sur des erreurs que vous n’avez pas vus à force de trop connaître votre texte.

Enfin, osez ! Osez participer à des concours de nouvelles, osez envoyer votre manuscrit à tous les éditeurs dont la ligne éditoriale correspond à ce que vous avez écrit. Ne vous découragez pas.

Mais n’oubliez pas que l’écriture doit avant tout rester un plaisir.

Sources

Photo et texte : @Hélène Destrem


Koyolite Tseila
Passionnée de Science-fiction et d’Imaginaire, ce sont des genres auxquels j'ai désiré rendre... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! Il est primordial de soigner son orthographe sur toutes les zones de saisies du site. Pensez que de nombreuses personnes vous lisent. Le langage SMS est interdit sur l'ensemble des zones de saisies de ce site. Veuillez svp prendre connaissance du Règlement avant de poster votre commentaire. Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au Règlement.

Murmures sous les voiles...





cookieassistant.com