Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Globus Cassus



Article rédigé par le 11/06/2015
Lu 312 fois




Globus Cassus
Depuis 1980, la Biennale d'architecture de Venise accueille de nombreux architectes, designers et artistes venus des 4 coins du monde, qui viennent y présenter des projets les plus divers. Lors de l’édition 2004, la contribution suisse, œuvre de l’architecte et artiste Christian Waldvogel, était une création qui défiait tous les limites : un voyage qui mène d’ici à … ici !

Refaire le monde … au sens propre !

Le projet de Christian Waldvogel consiste tout simplement à … remodeler la Terre toute entière, la transformant en une gigantesque sphère creuse ! Il s’agit évidemment d’une utopie : les technologies nécessaires à sa réalisation ne verront sans doute jamais le jour.
Globus Cassus

Concrètement

Bien qu’utopique, « Globus Cassus » a fait l’objet d’une description détaillée de la « transformation ».

Celle-ci débute par la mise en orbite géostationnaire de 4 énormes satellites. Ceux-ci s’étendent alors d’une part vers la Terre pour devenir des ascenseurs spatiaux descendant jusqu’à la surface de notre planète, d’autre part dans le sens opposé en guise de « câbles de soutien » à la structure en construction.
 
Du côté terrestre, ces ascenseurs deviennent d’énormes tours par lesquelles transite le matériel pour la suite de la construction. Tiré de la croute terrestre, du manteau et, plus tard, du noyau terrestre, ce matériel permet de relier les 4 tours, puis d’étendre la structure pour créer une sphère épaisse d’environ 150km (soit à peine 3% du rayon terrestre).
 
Tandis que la population (et tout le reste : animaux, plantes, trésors culturels …) ont pris place dans les 4 tours (gigantesques, rappelez-vous !), ce qui reste de la Terre est devenu trop petit pour retenir l’atmosphère et l’eau. Ces dernières s’échappent pour être captées par la surface intérieure de l’écosphère. Cela permet à la végétation de croître dans ce monde (nouveau sans vraiment l’être).
Les travaux en orbite
Les travaux en orbite

Toute la surface de la sphère n’est pas occupée par des terres et des mers. Une partie consiste en d’immenses « fenêtres » qui laissent passer la lumière du soleil. En fait, la force centrifuge due à la rotation de la structure permet seulement à la zone équatoriale d’être habitable, y offrant une gravité semblable à la Terre et une atmosphère suffisamment dense. Plus loin de l’équateur, l’atmosphère se raréfie, rendant les lieux inhabitables pour les humains et les animaux, mais les conditions sont largement suffisantes pour y installer des plantations. Par contre, les pôles (si l’on peut encore les appeler ainsi) n’ont ni gravité ni atmosphère et servent donc de zone de stockage ou de production en gravité zéro.
Globus Cassus

Dimensions

Avec une telle redistribution de la matière terrestre, Globus Cassus est donc beaucoup plus grand que la Terre. D’un diamètre de 85'000 km, il est à peine plus petit que Saturne. La surface, elle, est 45 fois plus grande que la superficie terrestre ! A elle seule, la zone habitable équivaut à près de 10 fois ce dont nous disposons aujourd’hui.

En résumé

Comme déjà indiqué plus tôt, Globus Cassus est bien sûr un rêve, une utopie, Christian Waldvogel n’étant pas un scientifique. Et même si il l’était, il faudrait, au minimum, des (dizaines) de milliers d’années pour parvenir à terminer un tel projet.

Personnellement, je ne vois pas trop l’utilité de transformer ainsi notre petite planète. Surtout que si nos descendants sont un jour capables de le faire, ils auront certainement aussi les moyens d’aller explorer d’autres mondes. Et ça, je le soutiens à 100% !

Mais reconnaissons que le rêve de Christian Waldvogel est tout de même impressionnant !

Lien utile


Sources

Illustrations : http://www.waldvogel.com/ 
Wikipédia


Thierry B.
A bord du Galion, je remplis les fonctions de Docteur – pas celles de médecin. Non, moi, j’explore,... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par . MAESTRO le 12/06/2015 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maestro
Ce projet me fait penser à d'autres, dans des romans. Le plus évident est l'anneau-monde, de Larry Niven. Par contre, je pense qu'il y a une faille dans le raisonnement.

Un objet en orbite est en équilibre entre la gravité et la force centrifuge. Cette dernière est fictive mais je vous fais grâce des détails mécaniques. S'il y a équilibre entre ces forces, l'objet est en impesanreur. Dans son référentiel propre, il flotte.

Si la sphère est bâtie à partir des satellites géostationnaires, elle l'est donc en situation d'équilibre. Sa vitesse compense exactement la gravitation. Un objet placé à l'intérieur va donc flotter. Pour obtenir un pesanteur artificielle, il faudrait placer la sphère au-delà de l'orbite géostationnaire. Ou alors, il faut désynchroniser le tout par rapport à la Terre. Mais alors on perd la possibilité d'avoir un ascenseur spatial.

Bon, ok, je chipote...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***






cookieassistant.com