Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+
Rss

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Captain America - First Avenger




Article rédigé par le 03/05/2015
Lu 215 fois




Captain America: First Avenger nous plonge dans les premières années de l’univers Marvel. Steve Rogers, frêle et timide, se porte volontaire pour participer à un programme expérimental qui va le transformer en un Super Soldat connu sous le nom de Captain America. Allié à Bucky Barnes et Peggy Carter, il sera confronté à la diabolique organisation HYDRA dirigée par le redoutable Red Skull.

Présentation du film

Nous sommes en 1943, dans le New Jersey. Steve Rogers rêve de rejoindre l’armée pour libérer l’Europe, mais les chances du jeune homme sont aussi minces que sa carrure…
 
Malgré les refus successifs, il ne perd pourtant pas espoir. Et il a raison d’y croire : la chance semble enfin lui sourire quand un médecin du nom de Abraham Erskine le remarque lors d’une énième tentative, et lui propose de rejoindre la SSR ou « Strategic Scientific Reserve » (Section Scientifique de Réserve). L’objectif de cette unité ? Créer des « super-soldats », capable de donner la victoire aux Alliés.
 
Rogers n’en reste pas moins le candidat le moins convaincant de son unité aux yeux du Colonel Chester Phillips, en charge de la SSR. Mais malgré les réserves de l’Etat-Major à son égard, Erskine porte son choix sur Rogers pour tester son sérum « super-soldat ». L’expérience est un succès, mais un espion s’est glissé parmi les invités et tue Erskine, qui emporte ainsi le secret de sa formule dans la tombe. Rogers est donc l’unique super-soldat dont disposent les alliés. Pas de quoi crier victoire…
 
Le projet « super-soldat » est enterré, tandis que l’on refuse à Steve Rogers d’aller s’exposer sur le front : s’il y a une quelconque chance de reprendre le projet, ce sera en analysant le sang et la physiologie du jeune homme. Il accepte donc l’offre d’un homme politique d’animer des spectacles destinés à lever des fonds pour soutenir l’effort de guerre, ainsi que des films de propagande.
 
Alors qu’il est en tournée en Europe, Rogers apprend que l’unité dont fait partie Bucky, son meilleur ami, a été faite prisonnière par Hydra, l'unité scientifique secrète du 3e Reich. À la tête d’Hydra se trouve Johann Schmidt, pour qui Erskine avait été obligé de travailler avant de fuir l’Europe. Schmidt, d’ailleurs, porte les stigmates d’un essai prématuré du sérum « super-soldat ». Ce n’est pas pour rien qu’il est surnommé le Crâne Rouge…
 
Courant seul au secours de son ami, Steve Rogers parvient à libérer les soldats, tout en constatant que Schmidt dispose d’un arsenal largement supérieur aux autres armées – y compris celle de l’Allemagne nazie. « Captain America » –  comme on le surnomme – aura besoin de bien plus que sa (super-)force pour l’emporter…
 
Pour cela, il peut compter sur Bucky et plusieurs soldats qu’il vient de libérer, ainsi que le Colonel Chester Phillips (désormais convaincu de l’apport du « Captain ») et Peggy Carter, officier détachée de l’armée britannique, qui n’est pas insensible au charme du héros. La fine équipe se met alors à traquer les bases d’Hydra en Europe, avant que le « Crâne Rouge » ne lance son arsenal à la conquête du monde …
 
Avec des avis largement positifs, « Captain America » est une belle réussite, offrant un regard quelque peu nostalgique sur le genre des superhéros tel qu’on l’imaginait autrefois (sans pour cela tomber dans les travers de cette époque-là). On n’en est d’ailleurs guère surpris quand on sait que la réalisation a été confiée à Joe Johnston, à qui l’on devait « The Rocketeer », autre exemple de super-héros « à l’ancienne ».
 
Tourné en grande partie en Angleterre (pour les scènes d’époque), le film permet à Chris Evans de trouver « son » personnage de comics, après un premier contact avec Marvel lors de deux films « Fantastic 4 » qui ne resteront pas dans les annales. Il est entouré de « grosses pointures », comme Tommy Lee Jones, Hugo Weaving et Stanley Tucci.
 
Parmi les effets spéciaux, il y a le changement de carrure de l’acteur principal, dont le corps a été « rétréci » pour donner l’allure chétive de Steve Rogers au début du film. Si techniquement, c’était relativement facile (les FX permettent tellement de choses aujourd’hui), le plus compliqué était pour les autres acteurs, qui devaient constamment regarder sensiblement plus bas que le visage de Chris Evans pour tenir compte de l’image finale !
 
Côté scénario, l’histoire ouvre plusieurs pistes pour la suite de la franchise, comme le Tesseract (source d’énergie aliène des armes d’Hydra) ou Stark Industries (avec la présence d’Howard Stark, père de Tony et fondateur du S.H.I.E.L.D.).
 
A noter aussi l’excellente bande son due à Alan Silvestri, ainsi que la très brève apparition de Jenna-Louise Coleman, qui incarne par ailleurs Clara Oswald, la compagne du Docteur !


Thierry B.
A bord du Galion, je remplis les fonctions de Docteur – pas celles de médecin. Non, moi, j’explore,... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Thierry B. le 09/08/2015 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ThierryB
Personnellement, il s'agit de mon personnage préféré de la franchise cinéma de Marvel (le "MCU").

2.Posté par . MAESTRO le 09/08/2015 15:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maestro
J'ai beaucoup aimé ce film. Il m'a permis de découvrir un héros que je ne connaissais que de nom. Et il l'a fait avec brio. Il y a un vrai scenario, des ambiances réussies, de bons acteurs, des effets spéciaux efficaces... Mais finalement, le point faible n'est-il pas le héros lui-même ? Captain America est honnête, courageux, fidèle, fort, rusé... On lui cherche en vain un défaut. J'avoue préférer les héros plus ambigus. Mais je comprends fort bien la nécessité pour Marvel de disposer d'un tel personnage dans le contexte des Avengers. Quoi qu'il en soit, ce film est un passage obligé pour tous les fans du genre, et pour les autres.

3.Posté par Koyolite TSEILA le 17/08/2015 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

KoyoliteTseila
Je ne connaissais que de nom Captain America. Et je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Donc ce film était pour moi l'occasion de découvrir ce héros, et le moins que je puisse dire, c'est que je n'ai pas été déçue. Dans ce film, tout est bon : les personnages, les acteurs, le scénario, les effets spéciaux, les décors. J'ai beaucoup aimé. Et j'ai hâte de voir la suite !! Merci pour cette recommandation.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***







cookieassistant.com