Connectez-vous S'inscrire
Menu
Galion Etoiles
Le Galion des EToiles
Facebook
Twitter
Pinterest
Google+
Rss

Qui n'a jamais rêvé de naviguer parmi les étoiles ? Mon équipage et moi-même souhaitons partager avec vous notre passion pour la science-fiction en vous invitant à voyager à bord de ce grand navire de l'imaginaire… Bonne visite, votre capitaine

Notez

Arrietty, le petit Monde des Chapardeurs




Article rédigé par le 05/03/2014
Lu 434 fois




Synopsis

Alors que l'homme explore l'espace et les océans, il n'a pas encore connaissance des chapardeurs. Ceux-ci sont de petites créatures qui vivent dans les interstices du monde des humains : murs, planchers, terrains vagues... Ils se nourrissent et s'équipent en chapardant diverses choses aux familles humaines, tout en se gardant bien de se faire repérer.

Dans la campagne japonaise, Arrietty est une jeune chapardeuse. Sa famille habite sous une maison humaine où ne vivent qu'une dame âgée et sa servante. Tout change quand le neveu de la propriétaire vient s'installer pour prendre le bon air et soigner sa santé fragile. Arrietty, malgré toutes ses précautions, est aperçue ! C'est le début d'une histoire où le tragique se mélange à l'amitié et qui ne se terminera qu'avec le départ de la petite famille.

Critique du dessin animé

Ce Miyazaki se tient dans le Japon contemporain, ce qui n'est pas toujours le cas. Mais il est tout aussi magique que les autres. On y découvre une famille de Chapardeurs, des petits êtres très ingénieux qui vivent en prenant chez les humains juste ce dont ils ont besoin. Une bonne partie du film est d'ailleurs dédiée aux techniques particulières des Chapardeurs. 

Comme d'habitude avec l'école Miyazaki, l'image est belle, soignée et claire. L'animation est fluide. J'ai surtout été impressionné par la façon dont il arrive à changer d'échelle. Quand il adopte le points de vue des Chapardeurs, les meubles et objets des humains ont vraiment l'air gigantesque. Et même si c'est un détail, j'ai beaucoup aimé le réalisme de l'animation de l'eau à l'échelle des Chapardeurs, en tenant compte des tensions de surface. Je pense que seul un Japonais pouvait penser à ce genre de détail. 

Le thème n'est pas très original. Il est inspiré de l'oeuvre de Mary Norton « Les Borrower », qui a déjà été adapté en film (« Le petit Monde des Borrower ») en 1997 par Peter Hewitt, et qui est surtout à l'origine du dessin animé « Les Minipouss ». Le scénario non plus, puisque c'est presque toujours lié à la découverte d'une famille précise par les humains.
 
Ce qui est original, ici, outre la maîtrise de Miyazaki et de son équipe, c'est la façon dont est traitée la relation entre le découvreur et la découverte. Miyazaki ne tombe pas dans le piège de l'amitié immédiate. Il y a de la méfiance et de la curiosité, tout en nuance. 

A tout cela s'ajoute une bande-son (bretonne!) envoûtante et nous voici avec un très beau dessin animé.


Maestro *
A bord du Galion, j'occupe la fonction de naturaliste. J'observe, j'analyse et quand mes petits... En savoir plus sur cet auteur


Commentaires

1.Posté par Fred Vasseur le 07/03/2014 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un film que j'ai trouvé très agréable et très bien réalisé. Une belle réussite.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

SVP NE METTEZ PAS DE LIENS EXTERNES DANS VOS COMMENTAIRES, CEUX-CI SERONT SUPPRIMÉS PAR LE WEBMASTER! *** Le filtrage des commentaires est de rigueur sur ce site. Le webmaster se réserve donc le droit de valider les commentaires et de supprimer ceux qui sont contraires au règlement. ***







cookieassistant.com